Un jour de classe ou un tournoi?

Si l’école nuit au hockey, ne lâche pas le hockey ni l’école mais fait en sorte de bien te réaliser dans les deux!

À chaque année les médias en font leurs choux gras. Un dossier qui fait réagir peut importe de quel côté vous vous placez. Les jours d’école manqués à cause du sport. Bon premièrement, le hockey se retrouve toujours en tête de liste. Mais sachez que peut importe le sport d’élite ou de compétition qu’un jeune pratique, il va se retrouver à manquer quelques jours de classe. Mais comme le hockey est le sport qui soulève les passions, bien il est souvent pointé du doigt.

À la base un jeune devrait toujours être en classe. Cependant, la réalité est différente. Voici quelques points et pistes de réflexions.

Ce que les professeurs ne disent pas toujours. Les enfants, garçons ou filles qui font partie d’équipes sportives, ou qui pratiquent  un sport individuel d’élite ou de compétition, sont souvent les meilleurs étudiants de leur classe. Ça ne leur donne pas le droit de s’absenter, mais malgré leur absence leur niveau de réussite est souvent supérieur aux autres étudiants. Donc par le fait même, les enseignants ne devraient-ils pas valoriser les activités sportives? La réflexion est enclenchée…

La création des programmes Sport-Études est venue assouplir certaines réactions négatives entourant les journées d’absences. Mais malheureusement, elle a alimenté une jalousie envers ceux et celles qui ne font pas de sport. Même que les parents d’enfants non-sportifs se plaignent d’une inégalité. C’est pathétique. Encore une fois, comment tourner une situation positive en une réaction négative.  Exemple fantastique!

Encore une fois, ne me prêtez pas de fausses intentions, l’école est très importante et nécessaire, mais les activités de groupe, qu’elles soient sportives, culturelles, ou artistiques sont indissociables au développement d’un jeune.

J’ai joué au hockey d’élite. Malgré ce que certains pensent, je suis allé à l’école. Venant d’une région éloignée, nous devions manquer de l’école pour  participer aux différents tournois. C’est certain que nos parents n’étaient pas tous heureux de la situation, mais, si j’interroge  ma mémoire, le pourcentage des boys qui ont un emploi intéressant après avoir joué 10 ans au hockey mineur s’approche de 100%. En 10 ans, c’est  peut-être 2-3 jours par année que nous avons manqué, ce qui veut dire un total d’environ 25 jours d’école.

Encore une fois sans vouloir minimiser la situation, j’avouerais que moi et ma gang nous nous souvenons dans presque tous les détails notre  participation aux tournois  ou les championnats remportés. Nous avons vécu des moments rassembleurs qui  ont formé notre caractère. Nous avons vécu l’adversité, la peine et la joie. Ce sont des souvenirs merveilleux. Cependant, mes souvenirs du primaire et du secondaire sont très flous. Sauf pour les  filles.

L’école est obligatoire et incontournable au développement d’un individu. Mais les activités parallèles sont elles aussi nécessaires. Elles génèrent des souvenirs et des amitiés pour la vie, comme pour l’école.

Image

La st-Valentin,le jour du Costco…

Blogueur, rieur,joueur :0)

Entrer dans les années 2016… par la porte du blogue 🙂  Voilà c’est fait! Le blogue se veut les réunions de cuisine des années 40-50, les souper familiaux des années 60-70, les sorties dans les bars des années 80-90.

Dans les années 2000 l’arrivée des réseaux sociaux et la démocratisation de l’ordinateur, a amené la race humaine vers une communication différente.Différente dans la manière mais non pas dans les messages.

La communication, quelque soit la manière, demeurera primordiale dans le développement de tout être humain. Les exemples en ce sens sont nombreux. Je ne m’attarderai pas la dessus. Je ne veux pas m’embarquer dans une discussion psychologique ou philosophique:)…une autre fois!

Donc tout ça pour dire que vous pourrez me suivre et réagir à mes idées mises sur papier mais lancé à tous, sur une toile de plus en plus tissée serrée. Les sujets seront vastes et variés. Je ne veux pas me peinturer dans un coin comme Marc Bergevin et ne plus pouvoir sortir d’une situation de plus en plus indisposante.  🙂

La St-Valentin approche en fait elle sera avec nous dimanche. Dans le temps, dimanche était le jour du Seigneur…maintenant c’est le jour du Costco. Nous  en profitons pour faire profiter notre endettement…pour certain…n’oubliez pas c’est un blogue je parle à plein de monde en même temps…ne soyez pas trop susceptibles!

Donc la St-Valentin le jour du Costco. Une coïncidence exaspérante. Plusieurs dépenseront énormément de $$$ pour impressionner leur Douce ou leur Douche…:) mais que restera-t-il de ces faramineux cadeaux quelques mois plus tard?  Moi je pense que seul Costco en aura profité…

Je suis pour le moment célibataire… J’ai longtemps décrié cette fête mercantile alors que j’étais en couple et heureux. C’est que je ne percevais pas la subtilité de cette fête. La société de consommation détourne la réelle signification. L’obligation de célébrer en offrant un cadeaux m’horripilait. Ce sentiment d’être obligé de donner était contre mes principes. Je donne souvent et sans raison, non, je donne pour plusieurs raisons mais l’obligation n’en est pas une…:)

En fait je crois que nous sommes trop préoccupés par le regard des autres. Nous avons peur de la réaction à la question suivante…Qu’as tu donné à ta blonde pour la St-Valentin? La valeur de l’amour réside t elle à la valeur d’un présent?

Je conserve encore les cadeaux de quelques st-Valentin  mémorables. Ils sont tous soigneusement rangés dans un tiroir. Des mots écrits à la main par l’amoureuse du moment. Des mots qui encore aujourd’hui peuvent tirer des larmes et des sourires.

J’espère que mes mots sont aussi gardée en lieu sûr. Car l’ouverture du coeur est possiblement le plus beau cadeau que l’on puisse offrir.

Amoureux, amoureuses prenez un moment intime pour le transformer en un souvenir tendre. Il vous accompagnera partout.