Un jour de classe ou un tournoi?

Si l’école nuit au hockey, ne lâche pas le hockey ni l’école mais fait en sorte de bien te réaliser dans les deux!

À chaque année les médias en font leurs choux gras. Un dossier qui fait réagir peut importe de quel côté vous vous placez. Les jours d’école manqués à cause du sport. Bon premièrement, le hockey se retrouve toujours en tête de liste. Mais sachez que peut importe le sport d’élite ou de compétition qu’un jeune pratique, il va se retrouver à manquer quelques jours de classe. Mais comme le hockey est le sport qui soulève les passions, bien il est souvent pointé du doigt.

À la base un jeune devrait toujours être en classe. Cependant, la réalité est différente. Voici quelques points et pistes de réflexions.

Ce que les professeurs ne disent pas toujours. Les enfants, garçons ou filles qui font partie d’équipes sportives, ou qui pratiquent  un sport individuel d’élite ou de compétition, sont souvent les meilleurs étudiants de leur classe. Ça ne leur donne pas le droit de s’absenter, mais malgré leur absence leur niveau de réussite est souvent supérieur aux autres étudiants. Donc par le fait même, les enseignants ne devraient-ils pas valoriser les activités sportives? La réflexion est enclenchée…

La création des programmes Sport-Études est venue assouplir certaines réactions négatives entourant les journées d’absences. Mais malheureusement, elle a alimenté une jalousie envers ceux et celles qui ne font pas de sport. Même que les parents d’enfants non-sportifs se plaignent d’une inégalité. C’est pathétique. Encore une fois, comment tourner une situation positive en une réaction négative.  Exemple fantastique!

Encore une fois, ne me prêtez pas de fausses intentions, l’école est très importante et nécessaire, mais les activités de groupe, qu’elles soient sportives, culturelles, ou artistiques sont indissociables au développement d’un jeune.

J’ai joué au hockey d’élite. Malgré ce que certains pensent, je suis allé à l’école. Venant d’une région éloignée, nous devions manquer de l’école pour  participer aux différents tournois. C’est certain que nos parents n’étaient pas tous heureux de la situation, mais, si j’interroge  ma mémoire, le pourcentage des boys qui ont un emploi intéressant après avoir joué 10 ans au hockey mineur s’approche de 100%. En 10 ans, c’est  peut-être 2-3 jours par année que nous avons manqué, ce qui veut dire un total d’environ 25 jours d’école.

Encore une fois sans vouloir minimiser la situation, j’avouerais que moi et ma gang nous nous souvenons dans presque tous les détails notre  participation aux tournois  ou les championnats remportés. Nous avons vécu des moments rassembleurs qui  ont formé notre caractère. Nous avons vécu l’adversité, la peine et la joie. Ce sont des souvenirs merveilleux. Cependant, mes souvenirs du primaire et du secondaire sont très flous. Sauf pour les  filles.

L’école est obligatoire et incontournable au développement d’un individu. Mais les activités parallèles sont elles aussi nécessaires. Elles génèrent des souvenirs et des amitiés pour la vie, comme pour l’école.

21 réflexions au sujet de « Un jour de classe ou un tournoi? »

  1. Je ne sais pas où cette personne à trouvé ces données, mais dans ma classe tous les joueurs de hockey n’ont malheureusement pas ce profil scolaire. De plus, les autres élèves qui pratiquent une autre discipline ont des tournois les soirs ou les fins de semaine, pas en semaine et pas plusieurs fois par année. Faut croire qu’on a des réalités différentes.

    J'aime

  2. Je suis entièrement d’accord avec le sport étude comme ça mon garçon est présentement en sport étude Hockey .il performe bien à l’école et je crois que c’est une excellente source de motivation car il étudie il fait ses devoirs À tous les soirs pour pouvoir continuer son sport-études une excellente chose .

    J'aime

  3. Pour avoir enseigné plusieurs années à des jeunes sportifs dans une région éloignée, Il n’est pas vrai que ces sportifs sont le plus souvent les meilleurs de classe.. Et le 2-3 jours d’absence par année sont bien loin de la réalité. Par exemple, à chaque année, les jeunes hockeyeurs s’absentaient 3 ou 4 jours dans une même semaine et ce, 2 fois dans le même mois. Il m’arrivait de ne les voir que 3 ou 4 cours dans le mois d’avril et c’est sans compter tous les autres cours de l’année où ils devaient quitter le jeudi ou le vendredi pour des matchs dans une autre région. Ils manquaient beaucoup plus que d’autres élèves qui pratiquaient des sports différents.
    Il serait possible de commencer les tournois plus tard (le vendredi au lieu du jeudi) et de tenir les finales le lundi au lieu du dimanche. Comme seulement deux se rendent en finale, cela ferait manquer beaucoup moins d’heure de cours à une grande majorité de jeunes.

    J'aime

    1. La triste réalité des régions éloignées. Cependant, il se peut que certains joueurs ne puissent suivre le rythme imposé.À ce moment je vous dirais que le parent soit prendre ses responsabilités.

      J'aime

  4. Ne cherché pas à me faire comprendre votre raisonnement de Hockey Mineur afin de faire manquer des journées scolaire.

    Le jour que votre raisonnement sera que le Hockey doit être avec un réseau scolaire je serai ouvert à faire manquer des journées d’école.

    Signer d’un père avec 2 garçons de 20 ans & 22 ans. qui a été impliqué comme président d’une association de Hockey Mineur.

    Je pourrais écrire un livre sur mon expérience du fonctionnement de Hockey Québec.

    Bien des parents ne save pas ou l’argent de cette organisation va.
    (Frais caché, frais tournois, ristourne, loto jouer pour jouer obligatoire, salaire payé sou forme de frais de déplacement (non imposable) et j’en passe…..

    J'aime

    1. La structure du hockey mineur ne peut se faire seulement dans les écoles. Elle y est déja pour toutes les élites. Les écoles ne pourraient supporter les niveaux maison. Impossible. Juste à penser aux écoles primaires. Imaginez la complexité.Nos écoles ont de la difficulté à offrir les services de base…En ce qui concerne l’argent…sachez que j’ai fais partie de la fédération pendant 5 ans à titre de directeur marketing et communications. Je peux vous assurer que Hockey Québec est régie et dirigé de main de maître. Vous pouvez aller sur le site et y retrouver le bilan annuel. Vous constaterez que les argents sont utilisés de bonnes façons.

      J'aime

  5. Le problème c’est que pour le hockey que tu sois élite ou non, double lettre, A, B ou C, les enfants manquent plusieurs jours d’école! Je ne connais aucun autre sport non élite qui implique des journées de classe.

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire. Effectivement peut importe le niveau ou la classe les jeunes hockeyeurs manquent des jours de classe. Dans les autres sports se sont uniquement les athlètes de niveau élite qui doivent s’absenter pour des compétitions nationales ou internationales. Je suis d’accord que les niveaux simple lettre devraient minimiser leur participation à des tournois régionaux ou locaux. Cependant c’est une culture implantée depuis longtemps…

      J'aime

  6. Ce texte, à mon sens, est totallement véridique! Moi et mes amis avons manqué beaucoup de journées étant jeune et nous sommes tous bien placé aujourd’hui! L’école n’apprend pas tout et le sport, quel qu’il soit, nous enseigne beaucoup sans qu’on s’en rende compte: leadership, team work, endurance, savoir perdre, gagner, discipline, etc. La vie n’est pas qu’un ramassie de connaissance académique mais plus d’un ensemble d’expérience qui forge le caractère, la personnalité, la confiance en sois, la motivation, etc. Bref, si on échoue l’école parce qu’on a manqué 3-4 jours par année, je crois qu’il serait important pour les parents de s’attarder aux devoirs et leçons durant les centaines de jours qu’ils y sont………

    J'aime

  7. C’est pareil pour les programmes de musique-études avec les concerts et concours. Il fallait garder un certain standard à l’école pour rester dans le programme et oui on manquait plusieurs cours par année. Par contre le taux de réussite scolaire était important et on avait des cours le midi pour compenser notre horaire trop chargé. Donc c’est du pareil au même et je ne regrette pas mon expérience car le matin j’avais hâte d’aller à l’école versus ceux qui n’étaient pas dans le programme. C’était motivant

    J'aime

  8. je suis d accord avec le sport à l école vraiment une source de motivation pour es garcons que ce soit au secondaire ou au cegep ils doivent performer à l ecole pour continuer au hockey alors ça fonctionne du moins avec mes deux gars. Par contre les profs ne sont pas toujours en faveur des joueurs de hockey, les joueurs sont quelques fois turbulents en classe et ça énerve les prof , par contre comparez aux autres élèves ils ont une meilleurs moyenne à l école, et imaginez si ils n avaient pas de période pour se défouler au hockey ça serait bien pire pour les profs, il faut être concilient quelques fois et s adapter
    ne pas comparer les joueurs de hockey au jeunes qui font de la musique il y aura peut être moins de frustrations pour tous

    J'aime

  9. Mon fils joue dans un des meilleur programme élite scolaire et manque une heure de classe par jour et quelques vendredi à l occasion ! Le tout est planifié d avance et les enseignants sont au courant des absences des élèves. Il y a des périodes de récupération inséré dans son horaire….il adore son programme mais l’école demeure une priorité! S il n a pas de bonnes notes….on coupe dans les pratiques de hockey….tout va très bien !

    J'aime

  10. On mélange deux notions dans vos propos. D’un côté on parle des enfants qui s’absentent pour faire un sport, de l’autre des valeurs que le sport inculte à l’enfant. Ceux qui défendent à coup de valeurs transmises n’est pas remis en question. Le but n’est pas d’interdire le sport mais bien de créer une plage horaire harmonisée pour que l’un ne nuise pas à l’autre , ce qui est le cas présentement. Car, il ne faut pas oublier que l’enfant qui s’absente aura aussi dans l’année des journées d’absence pour maladie, rendez-vous médical, week-end prolongé pour un petit voyage familial et j’en passe. Ce qui augmentera considérablement les journées d’absence sur les 200 jours annuel. Le problème vient du message que l’on envoit sur l’importance de l’éducation à travers le sport, les voyages, les activités.
    J’enseigne depuis plus de vingt ans et les absences non motivées sont de plus en plus nombreuses malheureusement. Certains qui pratiquent un sport et qui s’absentent à cause de celui-ci ne sont pas tous des premiers de classe. Certains éprouvent même des difficultés académiques. Les valeurs à travers le sport? Évidemment! Mais pas au détriment de l’éducation.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s